Nous garantissons notre service clientèle pendant la crise Corona
Wolters Kluwer suit de près l’évolution du COVID-19.
Nous mettons tout en œuvre pour assurer la santé et la sécurité
de nos employés, leur familles ainsi que pour nos clients,
et cela sans interrompre nos services.

Vous pouvez continuer à compter sur nous.

La plupart de nos employés ont la possibilité de
travailler depuis leur domicile, dont notre Customer Service Team.
Vous pouvez les joindre pendant les heures d’ouverture du lundi
au vendredi entre 8h30-12h30 et 13h30-16h30.

Une question? Une suggestion?
Tél. 015 78 7600
client.BE@wolterskluwer.com
Ou complétez le formulaire

Interessé?

Souhaitez vous avoir accès à la législation, aux arrêts et jugements, aux commentaires pratiques et aux actualités en matière de droit pénal et de circulation routière?



Mémento statut de la police 2020 (nouvelle édition)



Depuis l’édition 2019, la réglementation sur le statut de la police a été complétée et a subi des évolutions. Tous les nouveaux textes statutaires sont intégrés dans le présent Mémento Statut de la police 2020. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Vade-mecum roulage 2020 (nouvelle édition)



Le Vade-mecum Roulage édition 2020 est mis à jour jusqu’au 1er décembre 2019. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Vade-mecum de policier de terrain 2020 (nouvelle édition)



Le Vade-mecum du policier de terrain 2020 est composé de 72 fiches explicatives répertoriées par ordre alphabétique qui décortiquent les aspects légaux et administratifs de l’intervention. Par rapport à l'édition 2019, trois nouvelles fiches sur le cannabis light, les drones (usage par les services de police et de secours) et la loi camera police ont été ajoutées. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Jusqu’à 20% de réduction sur nos publications pour la police

Wolters Kluwer possède une gamme étendue de livres de poche en matière de police e.a. sur les thèmes suivants : circulation, intervention, statut, droit pénal, environnement. Consultez l’offre complète sur notre webshop et recevez jusqu’à 20% de réduction à l’achat de plusieurs exemplaires pour votre corps ou service. 

La Cour constitutionnelle annule l’ordonnance d’évacuation du procureur du Roi dans la loi anti-squat : l’intervention du juge est requise

Actualités - 17/03/2020
-
Auteur 
Laure Lemmens


Les procureurs du Roi de notre pays ne peuvent plus donner l’ordre d’évacuer un immeuble squatté. La Cour constitutionnelle a annulé cette compétence dans la loi anti-squat. Cet ordre constitue une ingérence dans le droit au respect de la vie privée et à l’inviolabilité du domicile et la Cour se veut claire à ce sujet : des mesures contraignantes qui supposent une violation des droits et libertés individuels ne peuvent être exécutées qu’avec l’autorisation et sous le contrôle d’un juge indépendant et impartial, ce qui n’est pas nécessairement le cas dans la procédure actuelle.
Squat d’immeubles inoccupés
La loi anti-squat ou loi relative à la pénétration, à l’occupation ou au séjour illégitimes dans le bien d’autrui pénalise entre autres le squat d’immeubles inoccupés. Dans le nouvel article 442/1 du Code pénal, qui est entré en vigueur le 16 novembre 2017, un squatteur est défini comme celui qui, « soit sans ordre de l’autorité, soit sans autorisation d’une personne possédant un titre ou un droit qui donne accès au bien concerné ou qui permet de l’utiliser ou de séjourner dans le bien et hors les cas où la loi l’autorise, aura pénétré dans la maison, l’appartement, la chambre ou le logement non habité d’autrui, ou leurs dépendances ou tout autre local ou le bien meuble non habité d’autrui pouvant ou non servir de logement, soit l’occupera, soit y séjournera de quelque façon que ce soit, sans être soi-même détenteur du droit ou du titre précité ». Le squat est puni d’un emprisonnement de huit jours à un mois et d’une amende de vingt-six à cent euros (ou de l’une de ces peines seulement).
Ordonnance d’évacuation
Le titulaire (propriétaire, locataire…) du bien peut demander au procureur du Roi d’ordonner l’évacuation du bien. Le squatteur doit alors quitter les lieux dans les huit jours qui suivent la notification de l’ordonnance. Mais attention : le procureur doit en principe entendre l’intéressé avant de pouvoir prendre l’ordonnance.
Annulation de la procédure d’ordonnance
La procédure d’ordonnance, telle qu’elle existe actuellement, constitue selon la Cour une ingérence dans les droits fondamentaux : « Lorsque le bien non habité et occupé sans titre ni droit constitue le domicile des personnes concernées, l’ordonnance d’évacuation du procureur du Roi constitue une ingérence dans leur droit au respect de la vie privée et dans leur droit à l’inviolabilité du domicile. L’intervention préalable d’un juge indépendant et impartial, dans le respect des garanties juridictionnelles et, notamment, du droit d’accès à un juge et des droits de la défense, est dès lors une garantie essentielle pour assurer le respect des droits fondamentaux en cause. Sa mise en œuvre doit faire l’objet d’un contrôle par un juge indépendant et impartial.
En principe, il ne revient pas au ministère public d’ordonner des mesures portant atteinte aux droits et libertés individuels. Comme la Cour l’a déjà jugé précédemment, des dispositions qui supposent une mesure contraignante ou une violation de droits et libertés individuels ne peuvent être exécutées qu’avec l’autorisation et sous le contrôle d’un juge ».
Selon la Cour, ce n’est pas nécessairement le cas dans la procédure actuelle. C’est la raison pour laquelle elle a annulé l’article 12 de la loi anti-squat. Dans l’article 442/1 du Code pénal, elle a également annulé les termes « à l’ordonnance d’évacuation visée à l’article 12, § 1er de la loi du 18 octobre 2017 relative à la pénétration, à l’occupation ou au séjour illégitimes dans le bien d’autrui ou » qui sont indissociablement liés à la disposition annulée.

Source:  Cour Constitutionnelle n°. 30/2020, 12 mars 2020.