Une question? Une suggestion?
Tél. 015 78 7600
client.BE@wolterskluwer.com
Ou complétez le formulaire

Interessé?

Souhaitez vous avoir accès à la législation, aux arrêts et jugements, aux commentaires pratiques et aux actualités en matière de droit pénal et de circulation routière?



Jusqu’à 20% de réduction sur nos publications pour la police

Wolters Kluwer possède une gamme étendue de livres de poche en matière de police e.a. sur les thèmes suivants : circulation, intervention, statut, droit pénal, environnement. Consultez l’offre complète sur notre webshop et recevez jusqu’à 20% de réduction à l’achat de plusieurs exemplaires pour votre corps ou service. 

Mémento statut de la police 2019



Depuis l’édition 2018, la réglementation sur le statut de la police a été complétée et a subi des évolutions. Tous les nouveaux textes statutaires sont intégrés dans le présent Mémento Statut de la police 2019. Nous avons clôturé les informations de cette édition le 1er septembre 2018. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

Vade-mecum de policier de terrain 2019



Le Vade-mecum du policier de terrain 2019 est composé de 69 fiches explicatives répertoriées par ordre alphabétique qui décortiquent les aspects légaux et administratifs de l’intervention. Par rapport à l'édition 2018 une nouvelle fiche sur les 'Méthodes particulières de recherche liées aux ICT et aux écoutes' a été ajouté. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

Vademecum roulage 2019



Le Vade-mecum Roulage édition 2019 est mis à jour jusqu’au 1er décembre 2018. Voici les modifications les plus importantes qui ont été intégrées (par rapport à l'édition 2018) : les usagers (cyclomoteurs, motocyclette, tricycle et quadricycle), règlement général (plaque de vitesse), transport des choses – masse, perception immédiate et consignation (contrôle technique, par degrés), permis de conduire, alco et drogues, marques d’immatriculation, rue scolaire. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

Un mineur doit immédiatement pouvoir introduire un pourvoi en cassation contre une décision de dessaisissement

Actualités - 28/10/2019
-
Auteur 
Ilse Vogelaere


La Cour constitutionnelle estime qu’un mineur d’âge qui est confronté à une décision de dessaisissement doit immédiatement pouvoir introduire un pourvoi en cassation contre cette décision, donc sans attendre le jugement définitif. Le priver de cette possibilité est contraire à la Constitution. C’est ce qu’a déclaré la Cour constitutionnelle en réponse à deux questions préjudicielles de la Cour de cassation.
Depuis le 1er février 2015, un mineur ne peut plus former immédiatement un pourvoi en cassation contre la décision du tribunal de la jeunesse de se dessaisir de sa personne. La Cour déclare que le droit à un pourvoi en cassation ne peut être refusé à un justiciable que s’il existe une justification raisonnable.
La Cour constate que l’impossibilité de former immédiatement un pourvoi en cassation contre le dessaisissement restreint les droits du mineur de manière disproportionnée.
Une décision de dessaisissement a pour conséquence que les mesures de protection particulières prévues à l’égard du mineur ne sont plus applicables et que le mineur devient soumis à la juridiction ordinaire. Selon la Cour, la possibilité de former un pourvoi en cassation après la décision définitive au fond ne suffit pas pour garantir les droits du mineur. À ce moment-là, l’intéressé aura en effet généralement atteint sa majorité.
Un pourvoi en cassation contre un dessaisissement n’est efficace que si l’arrêt de la Cour de cassation est rendu rapidement, ce qui n’est pas le cas si le pourvoi ne peut être introduit qu’après le jugement définitif. Si la décision de dessaisissement est cassée après le jugement définitif, les possibilités du juge de la jeunesse ne sont que très limitées.
La Cour déclare que le mineur doit pouvoir former un pourvoi en cassation immédiatement après la décision de dessaisissement. Il pourra alors – si l’arrêt est cassé – encore bénéficier de manière effective des mesures protectionnelles du juge de la jeunesse.

Sources: 
-C.C. 24 octobre 2019, n° 161/2019
-Loi du 14 février 2014 relative à la procédure devant la Cour de Cassation en matière pénale, M.B. 27 février 2014 (art. 20)

Informations supplémentaires:
- C.I.cr. (art. 420)
- Loi du 8 avril 1965 sur la protection de la jeunesse (art. 57bis)