Une question? Une suggestion?
Tél. 015 78 7600
client.BE@wolterskluwer.com
Ou complétez le formulaire

Interessé?

Souhaitez vous avoir accès à la législation, aux arrêts et jugements, aux commentaires pratiques et aux actualités en matière de droit pénal et de circulation routière?



Jusqu’à 20% de réduction sur nos publications pour la police

Wolters Kluwer possède une gamme étendue de livres de poche en matière de police e.a. sur les thèmes suivants : circulation, intervention, statut, droit pénal, environnement. Consultez l’offre complète sur notre webshop et recevez jusqu’à 20% de réduction à l’achat de plusieurs exemplaires pour votre corps ou service. 

Mémento statut de la police 2019



Depuis l’édition 2018, la réglementation sur le statut de la police a été complétée et a subi des évolutions. Tous les nouveaux textes statutaires sont intégrés dans le présent Mémento Statut de la police 2019. Nous avons clôturé les informations de cette édition le 1er septembre 2018. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

Vade-mecum de policier de terrain 2019



Le Vade-mecum du policier de terrain 2019 est composé de 69 fiches explicatives répertoriées par ordre alphabétique qui décortiquent les aspects légaux et administratifs de l’intervention. Par rapport à l'édition 2018 une nouvelle fiche sur les 'Méthodes particulières de recherche liées aux ICT et aux écoutes' a été ajouté. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

Vademecum roulage 2019



Le Vade-mecum Roulage édition 2019 est mis à jour jusqu’au 1er décembre 2018. Voici les modifications les plus importantes qui ont été intégrées (par rapport à l'édition 2018) : les usagers (cyclomoteurs, motocyclette, tricycle et quadricycle), règlement général (plaque de vitesse), transport des choses – masse, perception immédiate et consignation (contrôle technique, par degrés), permis de conduire, alco et drogues, marques d’immatriculation, rue scolaire. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

Modification des règles relatives à l’interdiction temporaire de résidence en cas de violence intrafamiliale à la demande des services d’aide, de la police et de la magistrature

Actualités - 23/07/2019
-
Auteur 
Laure Lemmens


Plusieurs nouvelles règles s’appliquent depuis peu en matière d’application et d’exécution d’une interdiction temporaire de résidence en cas de violence intrafamiliale. Les modifications ont été apportées à la demande des services d’aide, de la police et de la magistrature qui ont formulé une série de recommandations après évaluation des trois années d’application de l’interdiction de résidence.
En bref :
la durée de l’interdiction de résidence passe de 10 à 14 jours. Les acteurs concernés disposent ainsi de plus de temps pour mener à bien leurs missions. Le délai de dix jours n’était souvent pas suffisant : les services de police ne parvenaient pas à boucler leur procès-verbal, les services d’accueil des victimes des maisons de justice n’avaient pas suffisamment de temps pour informer les intéressés et organiser l’audience devant le tribunal de la famille ;
la procédure d’urgence sera désormais l’unique procédure. Le procureur du Roi devra désormais communiquer sa décision verbalement à la personne éloignée ; ensuite seulement, l’ordonnance sera consignée par écrit et notifiée aux personnes concernées. Cette procédure d’urgence réduit la charge de travail administratif pour le magistrat en la confiant aux services administratifs ;
le procureur du Roi doit communiquer sa décision d’interdiction temporaire de résidence au service compétent des Communautés. Actuellement, la loi prévoit toujours que cette communication se fasse au service d’accueil des victimes de son parquet ;
davantage de possibilités d’assistance et de suivi des personnes éloignées sont à présent prévues. Mais l’entrée en vigueur de cette disposition est reportée, au plus tard au 1er janvier 2020, afin de donner aux acteurs de terrain la possibilité d’organiser l’assistance et le suivi d’un commun accord ;
un chapitre distinct intitulé « Répression du non-respect de l’interdiction de résidence » est inséré dans la loi. La personne éloignée qui enfreint l’ordonnance imposée par le procureur du Roi à son égard sera punie d’un emprisonnement de huit jours à un an et d’une amende de 26 à 100 euros (ou d’une de ces peines seulement). La personne qui enfreint l’ordonnance prolongée par le tribunal de la famille à son égard encourt les mêmes peines.
Entrée en vigueur : le 3 juin 2019.

Source:  Loi du 5 mai 2019 portant des dispositions diverses en matière pénale et en matière de cultes, et modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l’euthanasie et le Code pénal social, M.B., 24 mai 2019 (art. 165-169)