Nous garantissons notre service clientèle pendant la crise Corona
Wolters Kluwer suit de près l’évolution du COVID-19.
Nous mettons tout en œuvre pour assurer la santé et la sécurité
de nos employés, leur familles ainsi que pour nos clients,
et cela sans interrompre nos services.

Vous pouvez continuer à compter sur nous.

La plupart de nos employés ont la possibilité de
travailler depuis leur domicile, dont notre Customer Service Team.
Vous pouvez les joindre pendant les heures d’ouverture du lundi
au vendredi entre 8h30-12h30 et 13h30-16h30.

Une question? Une suggestion?
Tél. 015 78 7600
client.BE@wolterskluwer.com
Ou complétez le formulaire

Interessé?

Souhaitez vous avoir accès à la législation, aux arrêts et jugements, aux commentaires pratiques et aux actualités en matière de droit pénal et de circulation routière?



Mémento statut de la police 2020



Depuis l’édition 2019, la réglementation sur le statut de la police a été complétée et a subi des évolutions. Tous les nouveaux textes statutaires sont intégrés dans le présent Mémento Statut de la police 2020. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Vade-mecum roulage 2020



Le Vade-mecum Roulage édition 2020 est mis à jour jusqu’au 1er décembre 2019. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Vade-mecum de policier de terrain 2020



Le Vade-mecum du policier de terrain 2020 est composé de 72 fiches explicatives répertoriées par ordre alphabétique qui décortiquent les aspects légaux et administratifs de l’intervention. Par rapport à l'édition 2019, trois nouvelles fiches sur le cannabis light, les drones (usage par les services de police et de secours) et la loi camera police ont été ajoutées. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Jusqu’à 20% de réduction sur nos publications pour la police

Wolters Kluwer possède une gamme étendue de livres de poche en matière de police e.a. sur les thèmes suivants : circulation, intervention, statut, droit pénal, environnement. Consultez l’offre complète sur notre webshop et recevez jusqu’à 20% de réduction à l’achat de plusieurs exemplaires pour votre corps ou service. 

Covid-19 : l’assouplissement « qui n’en est pas un ». Situation au 1er octobre

Actualités - 28/09/2020
-
Auteur 
Carine Govaert


À l’issue de la conférence de presse du Conseil national de sécurité de mercredi dernier, la première ministre Sophie Wilmès avait annoncé que les mesures visant à limiter la propagation du coronavirus ne seraient « pas assouplies » le 1er octobre, mais que quelques mesures illogiques seraient supprimées. Cela n’empêche qu’à partir du 1er octobre, de nouvelles règles seront de nouveau en vigueur. Voici un état de la situation basé sur l’arrêté ministériel du 25 septembre : qu’est-ce qui sera encore permis et qu’est-ce qui ne le sera plus à partir du 1er octobre ?
Qu’est-ce qui change ?
L’obligation de faire ses courses seul ou accompagné d’une seule personne dans les centres commerciaux est supprimée. C’est valable également pour les marchés, brocantes et fêtes foraines.
Les rassemblements de plus de dix personnes (enfants de moins de douze ans non compris) restent interdits et cela vaut désormais également pour les réceptions et les banquets à caractère privé.
Cinquante personnes maximum peuvent participer aux camps et stages, également en dehors de la période estivale.
Pour les réceptions se déroulant après les funérailles, l’augmentation du nombre de personnes (maximum cinquante) autorisé à participer à certains événements spécifiques ne s’applique plus que si l’événement n’est pas organisé par une entreprise professionnelle de catering ou un traiteur.
Si l’organisation d’une réception ou d’un banquet est confiée à une entreprise professionnelle de catering ou un traiteur, le nombre de participants n’est plus limité, pour autant que l’organisateur enregistre les coordonnées des participants, que la plupart des mesures de protection imposées au secteur horeca soient respectées et que l’activité cesse à une heure du matin.
Les Belges peuvent de nouveau voyager à l’étranger sans restriction. Mais l’inverse n’est pas possible : les voyages non essentiels de l’étranger vers la Belgique restent interdits. Toutefois, cette interdiction d’entrée ne s’applique pas aux personnes qui voyagent vers la Belgique au départ d’un pays de l’Union européenne, d’un autre pays de la zone Schengen, du Royaume-Uni ou d’un pays qui figure sur la liste publiée sur le site web du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, une « liste verte » devrait remplacer l’actuelle « liste rouge », mais ce n’est pas encore fait, même si cette mesure est déjà d’application depuis le 25 septembre 2020.
Les règles de distanciation sociale ne s’appliquent pas aux personnes qui se rencontrent « dans le cadre de contacts rapprochés durables ». L’arrêté ne donne pas plus de précisions. La bulle de cinq disparaît.
Dans les transports publics, ces règles ne s’appliquent plus que « dans la mesure du possible ».
Dorénavant, le port du masque est obligatoire dans tous les lieux où il n’est pas possible de respecter les règles de distanciation sociale. Il ne faut donc plus porter un masque dans les lieux peu fréquentés. L’obligation de porter un masque n’existe pas pour les personnes qui se rencontrent dans le cadre de contacts rapprochés durables. Par contre, le port du masque reste obligatoire dans les transports publics et dans certains lieux où il l’est déjà actuellement : bibliothèques, cinémas, marchés, etc.
Pour un mois seulement ?
Les interdictions de voyage sont entrées en vigueur le 25 septembre 2020, mais toutes les autres mesures produiront leurs effets à partir du 1er octobre 2020. Elles devraient rester d’application jusqu’au 31 octobre 2020.
Qu’est-ce qui ne change pas ?
Voici encore une liste des mesures anti-Covid qui restent inchangées :
Le télétravail reste recommandé.
Il existe une obligation d’enregistrement pour les travailleurs temporaires étrangers dans les secteurs de la construction, du nettoyage, de l’agriculture et de l’horticulture, ou de la viande.
Des dérogations sont possibles en ce qui concerne les temps de travail et les temps de repos dans la police.
Les entreprises B2C et les foires commerciales doivent exercer leurs activités suivant les prescriptions imposées par leur protocole sectoriel ou suivant certaines règles de protection minimale.
Dans l’horeca, les établissements doivent enregistrer les coordonnées de leurs clients et des mesures de protection particulières sont d’application.
L’utilisation de narguilés reste interdite dans les lieux publics.
Les magasins de jour peuvent rester ouverts durant les heures d’ouverture habituelles. Les magasins de nuit doivent fermer à 22 h.
Les casinos et les salles de jeux doivent fermer à une heure du matin.
Les règles de distanciation sociale s’appliquent dans les accès des centres commerciaux, les rues commerçantes et les parkings.
Les rassemblements de plus de dix personnes adultes sont interdits. Exceptionnellement, ce nombre peut être porté à cinquante personnes (activités en club), deux cents personnes (mariages, enterrements, services de culte) ou quatre cents personnes (activités de plein air). Les règles se rapportant aux services de culte ne changent pas. Les communes peuvent autoriser plus de participants. À cette fin, elles doivent utiliser la matrice corona.

Informations supplémentaires: MB du 30 juin 2020.