Une question? Une suggestion?
Tél. 015 78 7600
client.BE@wolterskluwer.com
Ou complétez le formulaire

Interessé?

Souhaitez vous avoir accès à la législation, aux arrêts et jugements, aux commentaires pratiques et aux actualités en matière de droit pénal et de circulation routière?



Jusqu’à 20% de réduction sur nos publications pour la police

Wolters Kluwer possède une gamme étendue de livres de poche en matière de police e.a. sur les thèmes suivants : circulation, intervention, statut, droit pénal, environnement. Consultez l’offre complète sur notre webshop et recevez jusqu’à 20% de réduction à l’achat de plusieurs exemplaires pour votre corps ou service. 

Mémento statut de la police 2019



Depuis l’édition 2018, la réglementation sur le statut de la police a été complétée et a subi des évolutions. Tous les nouveaux textes statutaires sont intégrés dans le présent Mémento Statut de la police 2019. Nous avons clôturé les informations de cette édition le 1er septembre 2018. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

Vade-mecum de policier de terrain 2019



Le Vade-mecum du policier de terrain 2019 est composé de 69 fiches explicatives répertoriées par ordre alphabétique qui décortiquent les aspects légaux et administratifs de l’intervention. Par rapport à l'édition 2018 une nouvelle fiche sur les 'Méthodes particulières de recherche liées aux ICT et aux écoutes' a été ajouté. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

Vademecum roulage 2019



Le Vade-mecum Roulage édition 2019 est mis à jour jusqu’au 1er décembre 2018. Voici les modifications les plus importantes qui ont été intégrées (par rapport à l'édition 2018) : les usagers (cyclomoteurs, motocyclette, tricycle et quadricycle), règlement général (plaque de vitesse), transport des choses – masse, perception immédiate et consignation (contrôle technique, par degrés), permis de conduire, alco et drogues, marques d’immatriculation, rue scolaire. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

La Convention européenne d’extradition de 1996 entrera en vigueur le 5 novembre 2019

Actualités - 25/10/2019
-
Auteur 
Carine Govaert


La « Convention établie sur la base de l’article K.3 du Traite sur l’Union européenne, relative à l’extradition entre les États membres de l’Union européenne, et annexe, faites à Dublin le 27 septembre 1996 » entrera en vigueur le 5 novembre 2019. Elle s’appliquera alors dans 21 des 28 États membres qui composent – encore actuellement – l’Union européenne.
Maintenant que l’Italie – en tant que dernière des États membres de l’époque – a ratifié la convention de 1996 sur l’extradition, celle-ci peut entrer en vigueur dans les quinze États membres de l’Union européenne de l’époque et dans six États qui l’ont entre-temps rejointe.
Seules la Bulgarie, la Hongrie, la Croatie, Malte, la Roumanie, la Slovaquie et la Tchéquie ne sont pas concernées. Notre pays a ratifié la convention de 1996 sur l’extradition en 2001 et l’a déjà appliquée sur une base de réciprocité avec les autres États membres qui l’ont aussi déjà ratifiée, comme l’Espagne.
Selon la convention de 1996, les accords devraient faciliter la mise en œuvre de la convention européenne d’extradition de 1957, de la convention européenne pour la répression du terrorisme de 1977, de la convention d’application de l’accord de Schengen de 1985 et du traité d’extradition Benelux de 1962.
Dans la convention de 1996, les États membres de l’Union européenne ont convenu de ne pas refuser l’extradition lorsque des faits, punissables par la loi de l’État requérant d’une privation de liberté de douze mois et par la loi de l’État membre requis d’une privation de liberté de six mois, ont été commis. La convention prévoit une exception pour la conspiration ou l’association de malfaiteurs.
En principe, une extradition ne peut être refusée au motif qu’il s’agit d’un délit politique, même si d’autres conventions jouent également un rôle à cet égard, comme la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Une extradition ne peut pas non plus être refusée au motif qu’il y a prescription de l’action ou de la peine en vertu de la loi de l’État membre requis, ou qu’une mesure d’amnistie aurait été annoncée par cet État membre.
Alors que les conventions d’extradition portent normalement sur l’extradition d’étrangers, la convention européenne s’applique également aux propres ressortissants. Il ressort toutefois d’une déclaration complémentaire que notre pays n’extrade ses propres ressortissants que si l’État requérant le fait également, aux fins de poursuite, et pour autant qu’après le jugement, les intéressés puissent purger leur peine dans notre pays.