Une question? Une suggestion?
Tél. 015 78 7600
client.BE@wolterskluwer.com
Ou complétez le formulaire

Interessé?

Souhaitez vous avoir accès à la législation, aux arrêts et jugements, aux commentaires pratiques et aux actualités en matière de droit pénal et de circulation routière?



Jusqu’à 20% de réduction sur nos publications pour la police

Wolters Kluwer possède une gamme étendue de livres de poche en matière de police e.a. sur les thèmes suivants : circulation, intervention, statut, droit pénal, environnement. Consultez l’offre complète sur notre webshop et recevez jusqu’à 20% de réduction à l’achat de plusieurs exemplaires pour votre corps ou service. 

Mémento statut de la police 2019



Depuis l’édition 2018, la réglementation sur le statut de la police a été complétée et a subi des évolutions. Tous les nouveaux textes statutaires sont intégrés dans le présent Mémento Statut de la police 2019. Nous avons clôturé les informations de cette édition le 1er septembre 2018. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

Vade-mecum de policier de terrain 2019



Le Vade-mecum du policier de terrain 2019 est composé de 69 fiches explicatives répertoriées par ordre alphabétique qui décortiquent les aspects légaux et administratifs de l’intervention. Par rapport à l'édition 2018 une nouvelle fiche sur les 'Méthodes particulières de recherche liées aux ICT et aux écoutes' a été ajouté. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

Vademecum roulage 2019



Le Vade-mecum Roulage édition 2019 est mis à jour jusqu’au 1er décembre 2018. Voici les modifications les plus importantes qui ont été intégrées (par rapport à l'édition 2018) : les usagers (cyclomoteurs, motocyclette, tricycle et quadricycle), règlement général (plaque de vitesse), transport des choses – masse, perception immédiate et consignation (contrôle technique, par degrés), permis de conduire, alco et drogues, marques d’immatriculation, rue scolaire. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

La Sûreté de l’État et la police fédérale ne doivent notifier l’utilisation de « jammers » que si l’IBPT en fait la demande

Actualités - 16/09/2019
-
Auteur 
Laure Lemmens


La Direction Appui canin de la police fédérale et ses collègues des Unités spéciales ne doivent informer l’IBPT de l’utilisation de brouilleurs, ou « jammers », que si l’IBPT en fait la demande. Cela vaut également pour le SEDEE, la Sûreté de l’État et le Service de renseignement militaire (SGRS).
Il s’agit d’une nuance importante à propos de notre précédente communication sur le sujet. Dans l’article « La police fédérale doit préalablement informer l’IBPT de l’utilisation de jammers : mais que doit-elle précisément mentionner ?», nous indiquions en effet que les services doivent toujours informer l’IBPT de l’utilisation de jammers 24 heures à l’avance. Ce n’est donc pas le cas.
Établissements pénitentiaires
La loi sur les communications électroniques impose une obligation de notification préalable uniquement en cas d’utilisation de brouilleurs fixes dans les établissements pénitentiaires. Dans ce cas, il y a lieu d’avertir, d’une part, les opérateurs dont le service sera brouillé et, d’autre part, l’IBPT. Lors de la mise en service de l’équipement, l’IBPT vérifie si les émetteurs provoquent des brouillages préjudiciables ailleurs. Si c’est le cas, l’utilisation de cet équipement est immédiatement arrêtée.
Interventions urgentes ou secrètes
Il n’est en effet pas possible ni souhaitable pour la police, le SEDEE et le SGRS d’informer l’IBPT à l’avance de chaque utilisation de jammers. Les appareils sont fréquemment utilisés en cas d’interventions urgentes ou secrètes.
Enquête de l’IBPT
En cas de plaintes à propos de brouillages préjudiciables, l’IBPT procède à une enquête. L’IBPT peut alors demander des informations auprès des services concernés. Dans ce cas, ceux-ci sont obligés de communiquer les informations nécessaires dans les 24 heures. L’arrêté royal du 2 septembre 2018 précise quels sont les éléments qu’ils doivent communiquer à l’IBPT. Il s’agit notamment des coordonnées géographiques des lieux d’utilisation (avec une précision de minimum 500 mètres), des dates et heures précises de début et de fin de l’utilisation, et des bandes de fréquences qui ont fait l’objet d’un brouillage préjudiciable.

Source:  Arrêté royal du 2 septembre 2018 fixant les modalités de la notification ainsi que les informations transmises à l'Institut, conformément à l'article 33, § 2, alinéa 4, et § 3, alinéa 5, de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques, M.B. 07 septembre 2018.

Informations supplémentaires: Loi du 31 juillet 2017 portant des dispositions diverses en matière de communications électroniques, MB 12 septembre 2017.