Nous garantissons notre service clientèle pendant la crise Corona
Wolters Kluwer suit de près l’évolution du COVID-19.
Nous mettons tout en œuvre pour assurer la santé et la sécurité
de nos employés, leur familles ainsi que pour nos clients,
et cela sans interrompre nos services.

Vous pouvez continuer à compter sur nous.

La plupart de nos employés ont la possibilité de
travailler depuis leur domicile, dont notre Customer Service Team.
Vous pouvez les joindre pendant les heures d’ouverture du lundi
au vendredi entre 8h30-12h30 et 13h30-16h30.

Une question? Une suggestion?
Tél. 015 78 7600
client.BE@wolterskluwer.com
Ou complétez le formulaire

Interessé?

Souhaitez vous avoir accès à la législation, aux arrêts et jugements, aux commentaires pratiques et aux actualités en matière de droit pénal et de circulation routière?



Mémento statut de la police 2020 (nouvelle édition)



Depuis l’édition 2019, la réglementation sur le statut de la police a été complétée et a subi des évolutions. Tous les nouveaux textes statutaires sont intégrés dans le présent Mémento Statut de la police 2020. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Vade-mecum roulage 2020 (nouvelle édition)



Le Vade-mecum Roulage édition 2020 est mis à jour jusqu’au 1er décembre 2019. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Vade-mecum de policier de terrain 2020 (nouvelle édition)



Le Vade-mecum du policier de terrain 2020 est composé de 72 fiches explicatives répertoriées par ordre alphabétique qui décortiquent les aspects légaux et administratifs de l’intervention. Par rapport à l'édition 2019, trois nouvelles fiches sur le cannabis light, les drones (usage par les services de police et de secours) et la loi camera police ont été ajoutées. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Jusqu’à 20% de réduction sur nos publications pour la police

Wolters Kluwer possède une gamme étendue de livres de poche en matière de police e.a. sur les thèmes suivants : circulation, intervention, statut, droit pénal, environnement. Consultez l’offre complète sur notre webshop et recevez jusqu’à 20% de réduction à l’achat de plusieurs exemplaires pour votre corps ou service. 

Protection de la jeunesse : plan de l’étude sociale que peut demander le tribunal

Actualités - 31/05/2019
-
Auteur 
Benoît Lysy


En vertu du Code de la prévention, de l'aide à la jeunesse et de la protection de la jeunesse, le tribunal de la jeunesse peut demander au service de la protection de la jeunesse de réaliser une « étude sociale ». Le gouvernement de la Communauté française précise aujourd’hui les différentes rubriques de cette étude.
Le tribunal peut en effet faire procéder à toutes les investigations utiles en vue de connaître la personnalité du jeune et son milieu de vie, de déterminer son intérêt et les moyens appropriés à sa réinsertion sociale et à son éducation ou à son traitement. L’étude sociale fait partie des outils mis à disposition du tribunal, mais si celui-ci y a recours, il est dans l’obligation d’en prendre connaissance avant de prendre ou de modifier sa décision.
Le gouvernement précise aujourd’hui que l’étude sociale est subdivisée en 4 rubriques :
1. Approche indirecte (motifs de la demande de l'étude sociale, identité du jeune, composition familiale, rétroactes administratifs et judiciaires) ;
2. Approche directe (informations relatives au milieu de vie du jeune, perception de la situation judiciaire du jeune par les intéressés) ;
3. Analyse (propositions des parents, du jeune, des familiers et des services extérieurs actuellement présents dans la situation, analyse de la situation par le délégué) ;
4. Conclusions.
L’arrêté du 20 mars 2019 qui établit cette structure entre en vigueur rétroactivement au 1er mai 2019.

Source:  Arrêté du 20 mars 2019 du Gouvernement de la Communauté française déterminant les rubriques de l'étude sociale en matière de protection de la jeunesse, M.B., 23 mai 2019

Informations supplémentaires: Décret du 18 janvier 2018 portant le code de la prévention, de l'Aide à la jeunesse et de la protection de la Jeunesse, M.B., 3 avril 2018 (art. 99)