Une question? Une suggestion?
Tél. 015 78 7600
client.BE@wolterskluwer.com
Ou complétez le formulaire

Interessé?

Souhaitez vous avoir accès à la législation, aux arrêts et jugements, aux commentaires pratiques et aux actualités en matière de droit pénal et de circulation routière?



Jusqu’à 20% de réduction sur nos publications pour la police

Wolters Kluwer possède une gamme étendue de livres de poche en matière de police e.a. sur les thèmes suivants : circulation, intervention, statut, droit pénal, environnement. Consultez l’offre complète sur notre webshop et recevez jusqu’à 20% de réduction à l’achat de plusieurs exemplaires pour votre corps ou service. Pour certaines publications, comme les guides police, vous recevez directement 15% de réduction (action valable jusqu’au 28/01/2019).

Vademecum roulage 2019 (nouvelle édition)



Le Vade-mecum Roulage édition 2019 est mis à jour jusqu’au 1er décembre 2018. Voici les modifications les plus importantes qui ont été intégrées (par rapport à l'édition 2018) : les usagers (cyclomoteurs, motocyclette, tricycle et quadricycle), règlement général (plaque de vitesse), transport des choses – masse, perception immédiate et consignation (contrôle technique, par degrés), permis de conduire, alco et drogues, marques d’immatriculation, rue scolaire. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

Mémento statut de la police 2019 (nouvelle édition)



Depuis l’édition 2018, la réglementation sur le statut de la police a été complétée et a subi des évolutions. Tous les nouveaux textes statutaires sont intégrés dans le présent Mémento Statut de la police 2019. Nous avons clôturé les informations de cette édition le 1er septembre 2018. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

Vade-mecum de policier de terrain 2019 (nouvelle édition)



Le Vade-mecum du policier de terrain 2019 est composé de 69 fiches explicatives répertoriées par ordre alphabétique qui décortiquent les aspects légaux et administratifs de l’intervention. Par rapport à l'édition 2018 une nouvelle fiche sur les 'Méthodes particulières de recherche liées aux ICT et aux écoutes' a été ajouté. Commandez cette nouvelle édition directement en ligne.

Découvrez toutes nos publications pour la police.

L’obligation de prononcer la déchéance du droit de conduire pour les piétons viole la Constitution

Actualités - 30/01/2019
-
Auteur 
Laure Lemmens / Karin Mees


En vertu de l’article 38, § 7, de la Loi sur la circulation routière, le juge n’est pas obligé de prononcer la déchéance du droit de conduire si l’infraction a été commise avec un véhicule qui n’entre pas en ligne de compte pour la déchéance, comme un vélo. Toutefois, cette obligation subsiste si l’infraction a été commise sans véhicule. Une différence de traitement entre deux catégories similaires d’usagers de la route, selon la Cour constitutionnelle dans son arrêt n° 129/2018. L’article 38, § 7, de la Loi sur la circulation routière viole dès lors les articles 10 et 11 de la Constitution en ce qu’il ne s’applique pas lorsque l’infraction a été commise par un piéton. La Cour souhaite dès lors que le législateur prenne les démarches nécessaires pour mettre fin à cette violation.
Début 2018, le tribunal de police d’Anvers, division Malines, a soumis la situation à la Cour constitutionnelle par le biais d’une question préjudicielle. Le tribunal devait se pencher sur un dossier dans lequel le prévenu a été poursuivi pour avoir négligé une injonction d’arrêt d’un agent qualifié, alors qu’il circulait en tant que piéton dans un carrefour.
Cette violation oblige le juge, sur la base de l’article 38, § 6, de la Loi sur la circulation routière, en cas de récidive, à prononcer la déchéance du droit de conduire un véhicule à moteur et à subordonner la réintégration dans le droit de conduire à la réussite d’un examen théorique et pratique et d’un examen médical et psychologique.
Cette règle a été assouplie en 2017 et depuis lors, le juge n’est plus obligé de prononcer la déchéance du droit de conduire et de subordonner la réintégration dans celui-ci à la réussite d’examens lorsque l’infraction a été commise avec un véhicule qui n’entre pas en ligne de compte pour la déchéance (comme un vélo). Mais la loi ne mentionnait pas les piétons, de sorte que l’obligation subsistait envers eux.
Une situation qui, selon la Cour, crée une différence de traitement entre deux catégories similaires d’usagers de la route qui n’est pas raisonnablement justifiée. L’article 38, § 7, de la Loi sur la circulation routière viole dès lors les articles 10 et 11 de la Constitution, en ce qu’il ne s’applique pas lorsque l’infraction a été commise par un piéton
Le législateur doit maintenant prendre les démarches nécessaires pour mettre fin à la violation. A suivre donc…

Source:  Cour constitutionnelle. Extrait de l’arrêt n° 129/2018 du 4 octobre 2018, MB 28 janvier 2019.

Informations supplémentaires:
- Cour constitutionnelle, arrêt n° 129/2018 du 4 octobre 2018.
- Loi sur la circulation routière (art. 38).